Pagepsy, le blog

C. Montluc, psychologue

Langage verbal et autisme (2)

Toujours au sujet de l’émergence du langage verbal chez les enfants autistes, soulignons que G. Haag * (1996) a indiqué qu’il ne fallait pas que l’expression des mots soit vécue par ces enfants autistes comme l’écoulement d’une substance corporelle.

Ainsi la parole émise avec le dos collé, ou de côté et le pointage semblent répondre à cette contrainte et à protéger l’enfant d’une angoisse de se vider en parlant.

De même,  elle a souligné le fait que c’est parfois, au milieu d’un flot incompréhensible de syllabes, que peut advenir l’émergence d’un mot bien articulé. Ce jargon constitué de syllabes incompréhensibles apparaîtrait alors comme un compromis entre désir de parler et défense, en constituant une enveloppe protectrice autour du mot comme pour éviter justement un vécu de rupture

* HAAG G. (1996), Réflexions sur quelques particularités des émergences de langage chez les enfants autistes, Journal de pédiatrie et de puériculture, Vol. 9

Voir l’article précédent sur ce sujet publié dans Pagepsy

Catherine Montluc, Psychologue 75015

Publicités

avril 30, 2013 Posted by | Autisme, Autisme TED, TED, thérapie, Travail avec les enfants | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Langage verbal et autisme

A propos de l’émergence du langage verbal chez les personnes autistes, Barral A. et al.*  nous indiquent que certaines de ses particularités pourraient être des compromis entre désir de parler et stratégies défensives inconscientes visant à atténuer l’intensité émotionnelle ou la complexité sensorielle, à éviter les éprouvés de discontinuité, tout en se lançant dans le langage verbal.

* BARRAL A., BEN YOUSSEF R., LHEUREUX-DAVIDSE C., VARRO C. (2010), Emergences du langage dans le suivi d’enfants autistes en psychothérapie, La Psychiatrie de l’enfant, Vol LIII 2/2010.

Catherine Montluc, Psychologue Paris 15e

avril 30, 2013 Posted by | Autisme, Autisme TED, TED, thérapie, Travail avec les enfants | , , , , , , , , , | Un commentaire

Autisme – Journée du 2 avril

Rappelons le, aujourd’hui, 2 avril, c’est la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, déclaré Grande cause nationale en 2012… A cette occasion, 250 monuments dans le monde s’habillent d’éclairages bleus… Lire nos précédents billets sur le sujet

Catherine Montluc,  Psychologue 75015

 

Visiter d’autres sites : Voir le site de l’institut PasteurVoir le site Autisme France

avril 2, 2013 Posted by | Actualités, Autisme, Autisme TED, TED | , , , , | Laisser un commentaire

Citation – J. Hochmann – Autisme

Hochmann J.  (1984) : « L’autisme est un phénomène contagieux. L’enfant autiste par l’énigme qu’il représente, par la fascination qu’imposent son isolement, ses conduites répétitives et parfois ses talents paradoxaux, par l’emprise qu’il exerce autour de lui avec sa persistance dans l’immuable et par la véritable blessure qu’inflige à autrui le spectacle de ses crises d’angoisses dramatiques, modifie tous ceux qui l’approchent. Il est habile à susciter des fantasmes de toute puissance, à laisser croire à ses parents, ou à ses thérapeutes qu’eux seuls sont capables de le comprendre et possèdent la bonne manière de l’aider… mais la réalité se hâte de démentir les sentiments d’omnipotence. ».

Tenté successivement par la fascination ou l’abandon,  le soignant doit avant tout à s’efforcer de maintenir une constante créativité dans sa relation à l’enfant autiste,  créativité qui bien que « mise continuellement à mal par l’entropie psychotique » apparaîtrait comme renouvelant les possibilités d’évolution de l’enfant.

*J. Hochmann (1984) Pour soigner l’enfant psychotique. Odile Jacob

Catherine Montluc, Psychologue 75015

Consulter le précédent billet sur ce thème 

février 26, 2013 Posted by | Autisme, Autisme TED, Citations, TED, Travail avec les enfants | , , , , , , | 3 commentaires

Psychoses infantiles – Citation de R. Diatkine

R. Diatkine  : «  Si l’on cesse d’aborder les psychoses infantiles en termes de manque, d’arrêt ou même de fixation, il faut admettre que cette organisation définit un mode d’être qui a une valeur pour les enfants qui en sont atteints. Tout traitement consiste d’abord à perturber cet ordre (…) provoquer un déséquilibre, qui ne peut être bénéfique que si l’intéressé découvre à cette occasion de nouvelles sources de plaisir, au niveau de son fonctionnement mental, au niveau de l’utilisation du langage. »

Aller sur le site dédié aux consultations enfants, adultes, souffrance au travail et risques psychosociaux : Psychologue 75015

C. Montluc

octobre 7, 2012 Posted by | Autisme, Autisme TED, TED, Travail avec les enfants, Uncategorized | , , , , | Laisser un commentaire

Autisme et ethnopsychiatrie

Dans « Thérapeutiques » (2002), T. Nathan s’est intéressé à l’autisme et à la difficulté d’accès de ces enfants au langage verbal. Il a souligné « un grave malentendu » entre l’Occident et l’Afrique  : « les gens de là bas », écrit-il,  « pensent que certains enfants qui ne parlent pas ont ce comportement de manière intentionnelle, alors que nous pensons qu’ils souffrent d’une grave perturbation « .

T. Nathan précise ainsi par exemple que pour l’ethnie Soninké au Mali, ces enfants sont nommés « Wallibou » qui signifie «  Saint (de retour) », ailleurs, chez les Serer au Sénégal, on les appelle « O Kin O Pajer » : « qui part et qui revient », chez les Yorubas (Bénin- Nigéria), ils sont les « Abikus », les « morts renés ».

Ces théories traditionnelles indiquent que ces enfants seraient en lien avec les ancêtres de leur groupe avec lesquels ils continueraient à entretenir des relations bien après leur naissance.

Ces théories présentent en tous cas l’avantage de percevoir ces enfants à partir d’éléments positifs : On ne dit pas que ces enfants ne parlent pas ou qu’ils refusent la relation, mais qu’ils continuent à dialoguer avec les ancêtres. Le silence de l’enfant est interprété comme une conversation avec des êtres invisibles, signe d’une connaissance sur le monde quasiment innée ; le refus du langage serait un refus d’abandonner la langue des ancêtres ; les jeux stéréotypiques de ces enfants seraient alors perçus comme des messages sans cesse répétés jusqu’à ce qu’ils soient correctement interprétés par leur destinataire….

On peut voir dans la littérature occidentale actuelle évoquer cette nécessité face à l’enfant autiste de comprendre son univers, de le pénétrer, et finalement de reconnaître l’enfant autiste non sous l’angle d’un déficit mais d’une spécificité.

Et, T. Nathan de conclure qu’ « il s’agirait de convaincre l’autiste que le monde des humains n’est pas aussi hostile qu’il le parait. ».

Qu’on y adhère ou non, cette approche nous a paru mériter d’être citée notamment parce qu’elle prend le parti de souligner d’abord une nature spécifique de l’enfant présentant un TED et non pas un versant déficitaire.

Catherine Montluc,

Psychologue Paris 15, Psychologue 75015

juillet 2, 2012 Posted by | Autisme, Autisme TED, TED, Travail avec les enfants | , , , , , , , | Laisser un commentaire