Pagepsy, le blog

C. Montluc, psychologue

Langage verbal et autisme

A propos de l’émergence du langage verbal chez les personnes autistes, Barral A. et al.*  nous indiquent que certaines de ses particularités pourraient être des compromis entre désir de parler et stratégies défensives inconscientes visant à atténuer l’intensité émotionnelle ou la complexité sensorielle, à éviter les éprouvés de discontinuité, tout en se lançant dans le langage verbal.

* BARRAL A., BEN YOUSSEF R., LHEUREUX-DAVIDSE C., VARRO C. (2010), Emergences du langage dans le suivi d’enfants autistes en psychothérapie, La Psychiatrie de l’enfant, Vol LIII 2/2010.

Catherine Montluc, Psychologue Paris 15e

Publicités

avril 30, 2013 Posted by | Autisme, Autisme TED, TED, thérapie, Travail avec les enfants | , , , , , , , , , | Un commentaire

Emergence du langage verbal chez l’enfant autiste

La question de l‘émergence du langage verbal chez certains enfants autistes interroge la problématique de la discontinuité centrale pour ces enfants.

Ainsi, Barral A. et al. (2010) nous indiquent que certaines particularités du langage des personnes autistes pourraient être des compromis entre désir de parler et stratégies défensives inconscientes visant à atténuer l’intensité émotionnelle ou la complexité sensorielle, à éviter les éprouvés de discontinuité, tout en se lançant dans le langage verbal.

G. Haag (1996) avait aussi indiqué qu’il ne fallait pas que l’expression des mots soit vécue pour ces enfants autistes comme l’écoulement d’une substance corporelle. La parole émise par l’enfant avec le dos collé, ou de côté ou le pointage semblent répondre à cette contrainte et à protéger l’enfant d’une angoisse de se vider en parlant. L’émergence d’un mot bien articulé au milieu d’un flot de sons incompréhensibles pourrait jouer ce même rôle, celui de compromis entre le désir de parler et la défense, en constituant une enveloppe protectrice autour du mot pour éviter un vécu de rupture. Il permettrait aussi peut être à l’enfant, qui prononce un mot dont le sens pourrait être trop vite partagé, de ne pas se sentir trop impliqué dans la relation.

Il s’agirait alors pour l’enfant de s’essayer à la rencontre via le langage verbal mais dans une implication qui resterait acceptable pour lui, en essayant encore de se protéger et de favoriser un vécu de moindre angoisse.

Catherine Montluc,

Aller sur le site dédié aux consultations enfants, adultes, souffrance au travail et risques psychosociaux : Psychologue 75015

mai 23, 2012 Posted by | Autisme, Autisme TED, Travail avec les enfants, Uncategorized | , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

En séance avec un enfant – travail autour d’un médiateur

Les médiateurs peuvent être des outils précieux dans la relation thérapeutique avec l’enfant, comme le montre cet extrait d’une séance de travail avec un enfant, présentant un TED  et commençant tout juste à accéder au langage verbal.

En cours de séance, l’enfant s’était assis par terre. Nous nous étions installée près de lui. Il jouait avec les petits wagons d’un train,  les accrochait avec minutie les uns aux autres et se saisissait même de quelques figurines qu’il installait dans les wagons.

Mais au cours d’une de ces manipulations, l’enfant tira trop vivement sur l’un des wagons du train, qui se détacha. L’enfant nous tendit alors l’objet et articula, dans un souffle court, le mot « cassé ».

C’est la première fois que l’enfant prononçait en séance un mot autre que « papa », « maman » ou des quelques chiffres qu’il répétait en série.

L’événement ne tenait pas seulement au nouveau vocable prononcé par l’enfant et à sa pertinence en contexte mais aussi à son sens si particulier puisque une des problématiques majeures de cet enfant semblait être celle des processus de déliaison, des peurs et angoisses de discontinuité, de rupture, de désintégration.

Le travail a consisté à se saisir concrètement de l’occasion pour montrer à l’enfant comment réassembler l’objet « cassé ». Il s’agissait de retenir l’attention de l’enfant suffisamment pour que le train cassé, objet « décevant » ne soit pas purement et simplement annulé par l’enfant. Il s’agissait d’amener l’enfant à percevoir la possibilité de lui redonner forme, de réparer, d’anticiper une possibilité pour l’objet d’être à nouveau assemblé et entier. Il s’agissait aussi d’introduire lors de cette séance par la verbalisation devant l’enfant, la possibilité d’une nuance : ainsi partant du qualificatif  « cassé », on choisit d’énoncer devant l’enfant ceux de « détaché »ou de « décroché ». L’idée était de tenter de proposer une autre forme de discontinuité qui, celle là, pourrait être acceptable pour cet enfant.

Via ce médiateur, on a ainsi pu travailler avec l’enfant très concrètement en l’aidant à « recoller » les morceaux du train, tout en s’appuyant sur cette caractéristique des médiateurs d’être à mi-chemin entre réalité externe et réalité interne. Ce travail a ainsi fonctionné comme une métaphore d’ une possibilité de liaison entre deux parties séparées, encourageant l’enfant à chercher, face à cette forme de frustration vécue dans la réalité externe, un remède dans un recours à un processus de mentalisation.

Quelques séances plus tard, l’enfant nous tendant un objet, prononça à nouveau le mot « cassé », attendant visiblement une nouvelle réparation.

Catherine Montluc, Psychologue Paris 15e

Aller sur le site dédié aux consultations enfants, adultes, souffrance au travail et risques psychosociaux : Psychologue 75015


mai 5, 2012 Posted by | Autisme TED, Travail avec les enfants | , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire