Pagepsy, le blog

C. Montluc, psychologue

L’enfant Placé – conférence en mars

Signalons La Prochaine conférence Organisée par les Séminaires psychanalytiques de Paris:

« L’enfant placé,  déchiré entre sa famille et sa famille d’accueil »

Intervenants: Mme D. Lefebvre, Mme A.-M. MARTINEZ et Mme M. STEPHANOFF

10 MARS 2016 de 14h à 17h – Espace Reuilly 21, rue Antoine Julien Hénard, Paris 12ème –  seminaires-psy@orange.fr –  www.seminaires-psy.fr

Catherine Montluc,  Psychologue 75015

 

Publicités

janvier 22, 2016 Posted by | Psychanalyse, Travail avec les enfants | , , , | Laisser un commentaire

Rencontre en librairie : Jeudi 1er octobre

La Librairie Le Divan, Paris 15e, propose une rencontre Débat Avec Jacques André Autour de la parution de Son dernier ouvrage.

La Société psychanalytique de Paris et la librairie Le Divan vous invitent à Une soirée exceptionnelle en compagnie de

Jacques André (APF), à l’occasion de la parution de

«Psychanalyse, Vie quotidienne » (éd. Stock).

La discussion sérums animée par Paul Denis (SPP)

Ce Jeudi 1er Octobre à 20h30

Catherine Montluc, Psychologue Paris 15e 

septembre 26, 2015 Posted by | Actualités, Au coin du feu - Livres, Psychanalyse | , , | Laisser un commentaire

En ce mois de Septembre 2015

Je profite de ce mois de septembre pour vous souhaiter une bonne rentrée à tous,

Je vous dis à très bientôt pour de nouveaux articles, mais aussi pour des annonces d’événements ou de conférences qui ponctueront cette année.

Merci pour votre lecture et vos commentaires toujours enrichissants

Catherine Montluc, Psychologue Paris 15e 

septembre 11, 2015 Posted by | Actualités | , | Laisser un commentaire

Victor E. Frankl : « vivre comme si c’était la seconde fois »

Pour mieux comprendre l’approche de V. E. Frankl, on peut s’arrêter sur cette citation tirée de son livre « Découvrir un sens à sa vie avec la logothérapie » :

« L’importance de la responsabilité se reflète dans ce défi (…) : vivre comme si c’était la seconde foisIl me semble que rien ne saurait davantage stimuler le sens des responsabilités que cette maxime. (…) On se trouve ainsi confronté tant au caractère limité de la vie qu’au caractère irrévocable de ce qu’on fait de sa vie et de soi- même. »

Rappelons que V. E. Frankl a enseigné la logothérapie dans plusieurs  universités, notamment aux USA, à Harvard, San Diego, Stanford … et que, rescapé des camps de concentration nazis, il s’est intéressé à cette quête du sens de la vie, selon lui, centrale chez l’homme.

En savoir plus sur Victor E. Frankl en lisant un précédent article de pagepsy ou cet autre

Catherine Montluc, Psychologue 75015

 

juillet 27, 2015 Posted by | Au coin du feu - Livres, Bibliotérapie | , , , , , | Laisser un commentaire

Conflit entre Père et Fils

A signaler, la prochaine conférence organisée par les Séminaires Psychanalytiques de Paris  :

Conflit entre PÈRE et FILS, une conférence de  M. NABATI

Mercredi 27 mai 2015 à 21h15 ou Samedi 30 mai 2015 de 14h à 17h

Lieu : Espace Reuilly 21, rue Antoine Julien Hénard, Paris 12ème ,  Inscription : 01 46 47 66 04

Email : sempsy@orange.fr – www.seminaires-psy.fr

Catherine Montluc, Psychologue Paris 15e 

mai 20, 2015 Posted by | actualités séminaires | , , , , | Laisser un commentaire

Conférence du 9 février 2015

A noter dans vos agendas : Lundi 9 février 2015, de 17h à 19h

« Vallotton ou l’amertume sublimée »

Une conférence de J.-D. NASIO, Psychanalyste, auteur de « Art et Psychanalyse », Payot, 2014

« Je voudrais vous faire sentir la force de l’oeuvre d’un grand peintre français d’origine suisse (1865 – 1925). Une oeuvre puissante capable d’éveiller en nous des émotions jusqu’alors endormies. Cependant, pour savourer pleinement le plaisir de regarder un tableau de Vallotton, il nous faut ressentir ce que le peintre a ressenti devant son chevalet et, si possible, nous glisser dans son inconscient pour revivre une ancienne émotion enfouie qu’il a su, avec tant de talent, transformer en image. » J.-D. N.

C’est cette empathie à distance entre un psychanalyste d’aujourd’hui et un artiste du début du XXème siècle qui constitue l’originalité de cette conférence.

École des Beaux Arts,

Cycle « Psychanalyse, Art et Image II », Sous la direction du Professeur A. VANIER,

Amphithéâtre du Mûrier, 14, rue Bonaparte, Paris 6ème

– Entrée gratuite –

Séminaires Psychanalytiques de Paris

Catherine Montluc,  Psychologue Paris 15e 

janvier 29, 2015 Posted by | Actualités, actualités séminaires, Psychanalyse | , , , , , , | Laisser un commentaire

Conflit entre Frère et Soeur, conférence

Signalons: la conférence de Mme F. Peille :

Conflit Entre Frère et Soeur

Qui aura lieu CE samedi après-midi 24 janvier 2015 de 14h à 18h
Mercredi soir ous 4 février 2015 à 21h15

A l’Espace Reuilly
21, rue Antoine Julien Hénard, Paris 12ème

Conférence organisee par SÉMINAIRES psychanalytiques DE PARIS
Email: sempsy@orange.frhttp://www.seminaires-psy.fr

Catherine Montluc,  Psychologue Paris 15e 

janvier 20, 2015 Posted by | Actualités, actualités séminaires | , , , , | Laisser un commentaire

Hommage à Elsa Cayat

A Elsa, psychiatre et psychanalyste, qui nous a quittés hier, trop vite, trop tôt,  victime de l’attentat de Charlie Hebdo où elle était chroniqueuse passionnée. Dire toute mon affection, mon soutien et ma profonde tristesse à la famille entière endeuillée puisqu’elle est aujourd’hui, touchée en plein coeur ce par malheur insensé, impensable. Les témoignages affluent partout dans la presse. J’en relaierai certains ici en sa mémoire, qu’elle vive en nous

Voir l’article du Figaro Madame publié aujourd’hui

http://madame.lefigaro.fr/societe/elsa-cayat-la-psy-de-charlie-hebdo-assassinee-080115-93663

ou celui de Marie France, lien ci-dessous http://www.mariefrance.fr/psycho/temoignages-psycho/charlie-hebdo-elsa-cayat-belle-rencontre-vie-152066.html

Catherine Montluc,  Psychologue Paris 15e 

janvier 8, 2015 Posted by | Actualités, femmes, Psychanalyse | , , , , , , , | Laisser un commentaire

« Art et psychanalyse », J.-D. NASIO

A Noter : J.-D. NASIO  présente son nouveau livre

« Art et psychanalyse »  (Petite Bibliothèque Payot):

Première rencontre le mardi 25 novembre 2014

Méditel, 28, boulevard Pasteur, Paris 15 ème (Métro Pasteur)

SÉMINAIRES PSYCHANALYTIQUES DE PARIS, inscriptions: 01 46 47 66 04

J.-D. Nasio traitera de la sublimation comme une transmission du désir de CRÉER : Une oeuvre est l produit d’sublimation quand elle déclenche chez le spectateur le même élan créateur qui a entrainé l’artiste à la produire.

  • 2e et 3e rencontres: 14 Avril et 23 Juin 2015, à 21h15

Au plaisir de s’y rencontrer

Catherine Montluc,  Psychologue 75015

octobre 17, 2014 Posted by | Actualités, Au coin du feu - Livres, Psychanalyse | , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Cryptes et fantômes

N. Abraham et M. Torök ont décrit dans leur livre* les inclusions qu’ils nomment « cryptes » au sein du Moi, séquelles enkystées de deuils familiaux non liquidés. Le fonctionnement psychique d’un enfant au contact d’un parent porteur de crypte serait affecté d’une façon que ces auteurs ont désigné sous le terme de « travail du fantôme au sein de l’inconscient » (1978).  N. Abraham écrit : « le fantôme qui revient hanter est le témoignage de l’existence d’un mort enterré dans l’autre ».  Le fantôme résulterait ainsi des effets sur l’inconscient de la crypte d’un autre, des effets de son secret enfoui.

A. Ancelin Schützenberger ** écrit à ce sujet : « Le « fantôme » semble poursuivre son œuvre en silence et en secret. Il se manifeste par des mots occultés, par un non-dit, par un silence, par des béances dans la réalité, des lacunes laissées en soi par les secrets d’un autre. »

* ABRAHAM N. et TORÖK M. (1978), L’écorce et le noyau, Flammarion

**Anne Ancelin Schützenberger, Aïe mes Aïeux, DDB 1998

Catherine Montluc,  Psychologue Paris 15e

février 10, 2014 Posted by | Citations, Travail avec les enfants, Uncategorized | , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Conférences – cycle 2014

Signalons la poursuite des conférences organisées par les Séminaires Psychanalytiques de Paris sur le thème « 7 emotions en Psychanalyse »  de décembre à juin 2014. Au programme cette année :

7 ÉMOTIONS (Suite)

7 Conférences le Mercredi ou le Samedi

J.-D. NASIO

DOULEUR

11 ou
14 décembre 2013

A. CICCONEA. FERRANT

HONTE

15 ou
18 janvier 2014

M. VALLEUR

PASSION

 5 ou 8 février

G. BONNET

VENGEANCE

12 ou 15 mars

D. BERTHON

DÉGOÛT

2 ou 5 avril

S. LACOMBEMme D. SÉROUGNE

NARCISSISME

 14 ou 17 mai

Mme D. BOURDIN

PLAISIR

 31 mai ou 11 juin

Lieu : Espace Reuilly, 21, rue Hénard, Paris 12-  Tel : 01 46 47 66 04

Catherine Montluc,  Psychologue 75015

septembre 5, 2013 Posted by | Actualités, actualités séminaires | , , , , , | 2 commentaires

Langage verbal et autisme (2)

Toujours au sujet de l’émergence du langage verbal chez les enfants autistes, soulignons que G. Haag * (1996) a indiqué qu’il ne fallait pas que l’expression des mots soit vécue par ces enfants autistes comme l’écoulement d’une substance corporelle.

Ainsi la parole émise avec le dos collé, ou de côté et le pointage semblent répondre à cette contrainte et à protéger l’enfant d’une angoisse de se vider en parlant.

De même,  elle a souligné le fait que c’est parfois, au milieu d’un flot incompréhensible de syllabes, que peut advenir l’émergence d’un mot bien articulé. Ce jargon constitué de syllabes incompréhensibles apparaîtrait alors comme un compromis entre désir de parler et défense, en constituant une enveloppe protectrice autour du mot comme pour éviter justement un vécu de rupture

* HAAG G. (1996), Réflexions sur quelques particularités des émergences de langage chez les enfants autistes, Journal de pédiatrie et de puériculture, Vol. 9

Voir l’article précédent sur ce sujet publié dans Pagepsy

Catherine Montluc, Psychologue 75015

avril 30, 2013 Posted by | Autisme, Autisme TED, TED, thérapie, Travail avec les enfants | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Autisme – Journée du 2 avril

Rappelons le, aujourd’hui, 2 avril, c’est la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, déclaré Grande cause nationale en 2012… A cette occasion, 250 monuments dans le monde s’habillent d’éclairages bleus… Lire nos précédents billets sur le sujet

Catherine Montluc,  Psychologue 75015

 

Visiter d’autres sites : Voir le site de l’institut PasteurVoir le site Autisme France

avril 2, 2013 Posted by | Actualités, Autisme, Autisme TED, TED | , , , , | Laisser un commentaire

Cryptes et fantômes, de l’indicible à l’innommable

N. Abraham et M. Torök ont décrit dans leur livre* les inclusions qu’ils nomment « cryptes » au sein du Moi, séquelles enkystées de deuils familiaux non liquidés. Le fonctionnement psychique d’un enfant au contact d’un parent porteur de crypte serait affecté d’une façon que ces auteurs ont désigné sous le terme de « travail du fantôme au sein de l’inconscient » (1978).  N. Abraham écrit : « le fantôme qui revient hanter est le témoignage de l’existence d’un mort enterré dans l’autre ».  Le fantôme résulterait ainsi des effets sur l’inconscient de la crypte d’un autre, des effets de son secret enfoui.

Quand un travail d’élaboration psychique ne se fait pas à une génération, il en résulterait pour les enfants de la génération suivante un clivage qui constituerait une « véritable préhistoire de leur histoire personnelle ». L’enfant devrait ainsi composer non pas avec une expérience traumatique personnelle, mais avec le clivage du ou des parents dont il dépend psychiquement. Il serait porteur d’un « fantôme ».

Pour l’enfant les évènements ne seraient pas seulement « indicibles » mais « innommables »,  ne pouvant faire l’objet d’aucune représentation verbale. Leurs contenus seraient ignorés et seule leur existence serait pressentie et interrogéeLes deuils non liquidés pourraient ainsi atteindre, sous des formes différentes, tout le système familial sur plusieurs générations.

A. Ancelin Schützenberger ** écrit à ce sujet : « Le « fantôme » semble poursuivre son œuvre en silence et en secret. Il se manifeste par des mots occultés, par un non-dit, par un silence, par des béances dans la réalité, des lacunes laissées en soi par les secrets d’un autre. »

* ABRAHAM N. et TORÖK M. (1978), L’écorce et le noyau, Flammarion

**Anne Ancelin Schützenberger, Aïe mes Aïeux, DDB 1998

Catherine Montluc,  Psychologue Paris 15e

février 26, 2013 Posted by | Citations, concepts et pratique, deuil, transgénérationnel, Travail avec les enfants | , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Sentiment de détresse et rupture migratoire

Grinberg L., Grinberg R. (1986) * précisent que le sentiment de détresse ressenti par certains migrants suite à la rupture migratoire serait lui-même

« basé originellement sur le modèle du traumatisme de la naissance (O. Rank) et sur la perte de la mère protectrice. Cela correspondrait aussi à l’expérience de la perte de l’« objet contenant » (Bion), qui entraîne comme conséquence la menace, dans des situations extrêmes, de désintégration et de dissolution moïque, avec perte des limites du Moi. Ce risque est perçu avec plus d’intensité, lorsque dans l’enfance on a subi des situations importantes de carence et de séparation, avec pour conséquence un vécu d’angoisse et de détresse » . 

* GRINBERG L., GRINBERG R., (1986), Psychanalyse du migrant et de l’exilé. Cesura Lyon Editions, coll. Psychanalyse.

Voir l’article précédent sur le même thème.

Catherine Montluc,  Psychologue 75015

janvier 8, 2013 Posted by | Citations, migration, Uncategorized | , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La transparence psychique, M. Bydlowski

« La grossesse est le moment d’un état psychique particulier, un état de susceptibilité ou de transparence psychique où des fragments de l’inconscient viennent à la conscience . »  C’est ainsi que Monique Bydlowski dans « La dette de vie. Itinéraire psychanalytique de la maternité. »  décrit l’état de transparence psychique de la femme enceinte.

Elle ajoute aussi que cette grossesse, occasion d’une « crise mâturative, contient sa propre capacité évolutive et contribue au processus de formation d’une identité nouvelle« .

Cet état de transparence psychique décrirait « à la fois un état relationnel particulier – d appel à l’aide latent et quasi permanent  – et une corrélation entre la situation de gestation actuelle et les remémorations infantiles » qui irait « de soi sans soulever de résistance ».

Ce billet n’a d’autre ambition que d’inciter ceux qui accueillent et proposent une relation d’aide à des femmes enceinte à lire ou à relire encore une fois ce texte tant le concept de transparence psychique ouvre les possibilités d’un travail riche et sans cesse renouvelé et créatif avec ces patientes. 

Catherine Montluc, psychologue Paris 15

Aller sur le site dédié aux consultations enfants, adultes, souffrance au travail et risques psychosociaux : Psychologue 75015

octobre 23, 2012 Posted by | Au coin du feu - Livres, Citations, concepts et pratique, femmes, Uncategorized | , , , , , , , , , , , , | 4 commentaires

Psychoses infantiles – Citation de R. Diatkine

R. Diatkine  : «  Si l’on cesse d’aborder les psychoses infantiles en termes de manque, d’arrêt ou même de fixation, il faut admettre que cette organisation définit un mode d’être qui a une valeur pour les enfants qui en sont atteints. Tout traitement consiste d’abord à perturber cet ordre (…) provoquer un déséquilibre, qui ne peut être bénéfique que si l’intéressé découvre à cette occasion de nouvelles sources de plaisir, au niveau de son fonctionnement mental, au niveau de l’utilisation du langage. »

Aller sur le site dédié aux consultations enfants, adultes, souffrance au travail et risques psychosociaux : Psychologue 75015

C. Montluc

octobre 7, 2012 Posted by | Autisme, Autisme TED, TED, Travail avec les enfants, Uncategorized | , , , , | Laisser un commentaire

Autisme et ethnopsychiatrie

Dans « Thérapeutiques » (2002), T. Nathan s’est intéressé à l’autisme et à la difficulté d’accès de ces enfants au langage verbal. Il a souligné « un grave malentendu » entre l’Occident et l’Afrique  : « les gens de là bas », écrit-il,  « pensent que certains enfants qui ne parlent pas ont ce comportement de manière intentionnelle, alors que nous pensons qu’ils souffrent d’une grave perturbation « .

T. Nathan précise ainsi par exemple que pour l’ethnie Soninké au Mali, ces enfants sont nommés « Wallibou » qui signifie «  Saint (de retour) », ailleurs, chez les Serer au Sénégal, on les appelle « O Kin O Pajer » : « qui part et qui revient », chez les Yorubas (Bénin- Nigéria), ils sont les « Abikus », les « morts renés ».

Ces théories traditionnelles indiquent que ces enfants seraient en lien avec les ancêtres de leur groupe avec lesquels ils continueraient à entretenir des relations bien après leur naissance.

Ces théories présentent en tous cas l’avantage de percevoir ces enfants à partir d’éléments positifs : On ne dit pas que ces enfants ne parlent pas ou qu’ils refusent la relation, mais qu’ils continuent à dialoguer avec les ancêtres. Le silence de l’enfant est interprété comme une conversation avec des êtres invisibles, signe d’une connaissance sur le monde quasiment innée ; le refus du langage serait un refus d’abandonner la langue des ancêtres ; les jeux stéréotypiques de ces enfants seraient alors perçus comme des messages sans cesse répétés jusqu’à ce qu’ils soient correctement interprétés par leur destinataire….

On peut voir dans la littérature occidentale actuelle évoquer cette nécessité face à l’enfant autiste de comprendre son univers, de le pénétrer, et finalement de reconnaître l’enfant autiste non sous l’angle d’un déficit mais d’une spécificité.

Et, T. Nathan de conclure qu’ « il s’agirait de convaincre l’autiste que le monde des humains n’est pas aussi hostile qu’il le parait. ».

Qu’on y adhère ou non, cette approche nous a paru mériter d’être citée notamment parce qu’elle prend le parti de souligner d’abord une nature spécifique de l’enfant présentant un TED et non pas un versant déficitaire.

Catherine Montluc,

Psychologue Paris 15, Psychologue 75015

juillet 2, 2012 Posted by | Autisme, Autisme TED, TED, Travail avec les enfants | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Emergence du langage verbal chez l’enfant autiste

La question de l‘émergence du langage verbal chez certains enfants autistes interroge la problématique de la discontinuité centrale pour ces enfants.

Ainsi, Barral A. et al. (2010) nous indiquent que certaines particularités du langage des personnes autistes pourraient être des compromis entre désir de parler et stratégies défensives inconscientes visant à atténuer l’intensité émotionnelle ou la complexité sensorielle, à éviter les éprouvés de discontinuité, tout en se lançant dans le langage verbal.

G. Haag (1996) avait aussi indiqué qu’il ne fallait pas que l’expression des mots soit vécue pour ces enfants autistes comme l’écoulement d’une substance corporelle. La parole émise par l’enfant avec le dos collé, ou de côté ou le pointage semblent répondre à cette contrainte et à protéger l’enfant d’une angoisse de se vider en parlant. L’émergence d’un mot bien articulé au milieu d’un flot de sons incompréhensibles pourrait jouer ce même rôle, celui de compromis entre le désir de parler et la défense, en constituant une enveloppe protectrice autour du mot pour éviter un vécu de rupture. Il permettrait aussi peut être à l’enfant, qui prononce un mot dont le sens pourrait être trop vite partagé, de ne pas se sentir trop impliqué dans la relation.

Il s’agirait alors pour l’enfant de s’essayer à la rencontre via le langage verbal mais dans une implication qui resterait acceptable pour lui, en essayant encore de se protéger et de favoriser un vécu de moindre angoisse.

Catherine Montluc,

Aller sur le site dédié aux consultations enfants, adultes, souffrance au travail et risques psychosociaux : Psychologue 75015

mai 23, 2012 Posted by | Autisme, Autisme TED, Travail avec les enfants, Uncategorized | , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

« L’enfant de remplacement » et le sentiment paradoxal de culpabilité

Tout enfant né après la mort d’un aîné n’est pas un « enfant de remplacement ».  M. Hanus précise qu’il ne serait son « remplaçant » « que dans la mesure où ses parents, sa mère n’ont pas pu en faire le deuil. Cet enfant de remplacement sans véritable place personnelle devient un objet de deuil. Il est amené à la vie dans le deuil, pour le deuil de ceux qui l’ont procréé à défaut de pouvoir en effectuer eux-mêmes le travail ».  Cet enfant de remplacement, » investi des fantasmes projetés par les parents sur l’enfant décédé, serait à cet égard toujours en défaut, l’enfant perdu et remplacé étant toujours idéalisé ».

Il apparaîtrait alors comme « l’objet fétichique de la mère, étant là pour porter le deuil de celui qui était avant lui et en faire le travail. Il est l’enfant d’une mère endeuillée d’un enfant. » (A. Sabbadini).

Comme l’a indiqué M. Porot, cet enfant, né dans une atmosphère de deuil non liquidé , identifié au mort dont on lui attribue la place, n’aurait pas le droit d’être lui-même et vivrait un sentiment de culpabilité paradoxal. Condamné à un non-être ou condamné à l’identique, auquel il lui serait difficile d’échapper, il souffrirait d’un sentiment de confusion de l’identité de soi.

Plus loin M. Porot (1996) indique encore que dans la survie de cet enfant, il y aurait comme une désignation. A propos de V. Van Gogh, célèbre « enfant de remplacement », V. Forrester décrit ce « frère mort dont il pense être, au mieux, le remplaçant, au pire, le meurtrier », « usurpant une place dans le monde des vivants ».

Si les parents se sentent coupables, voire tyrannisés par la culpabilité envers l’enfant perdu, ce deuil engendre aussi pour l’enfant de remplacement un sentiment paradoxal de culpabilité du survivant .

Catherine Montluc, Psychologue Paris 15e

Aller sur le site dédié aux consultations enfants, adultes, souffrance au travail et risques psychosociaux : Psychologue 75015

mai 23, 2012 Posted by | Travail avec les enfants, Uncategorized | , , , , , , , | 2 commentaires

Autisme – Citation de F.Tustin

« Personne ne contestera que les enfants atteints d’autisme psychogénétique sont d’accès difficile. Ce qui fera peut-être problème, c’est l’idée qu’ils ne sont pas d’accès tout à fait impossible. »

Cette citation de F. Tustin (1989) , comme une incitation, pour tous ceux qui agissent dans la relation d’aide et le soin,  à ne jamais s’arrêter, au delà et malgré les polémiques actuelles, à penser ces patients et les formes d’aide que l’on peut leur proposer.  Car l’interdit de penser serait alors  en miroir des processus de déliaison à l’oeuvre, ceux là-même qu’il s’agit justement de combattre.

Catherine Montluc

Aller sur le site dédié aux consultations enfants, adultes, souffrance au travail et risques psychosociaux : Psychologue 75015

mai 5, 2012 Posted by | Autisme TED, Citations | , , , , | Laisser un commentaire

« Les Séparations, Victoires et catastrophes »

Mon coup de chapeau pour cette très belle  « Journée scientifique » de l’Equipe « Psychanalyse des changements. Crises, processus, pathologie », LPCP, organisée par Catherine Chabert et la revue Carnet Psy, qui a eu lieu le 15 octobre 2011 à la Faculté de Médecine à Paris.

« Les Séparations, Victoires et catastrophes »

Dès l’introduction, le ton est donné : Catherine Chabert déploie le récit d’un cas clinique. Partage d’un cas sur les séparations, de celles qui ponctuent inévitablement l’enfance, puis encore l’adolescence. Les séparations comme un leit motiv du devenir Soi.

On se laisse envahir par les mots qui résonnent en nous. On est pris dans ce même mouvement, dans ce même temps du récit, aux rythmes d’une ponctuation parfaite, respectant les silences, les respirations. En miroir, on plonge dans le récit, on s’en détache, on s’en sépare pour mieux entendre et faire vivre,  ex-ister. Un cas clinique qui nous est murmuré au creux de l’oreille comme un poème dit, et nous emporte vers des questionnements existentiels. On se confronte intimement à la condition humaine.

Le tour de force se poursuit tout au long de la journée. Cas cliniques et analyses nous sont proposés par les intervenants pour mieux éclairer et penser les séparations, les douleurs tout autant que les jouissances qui y sont attachées.

Mais la plus belle surprise de cette journée a été, sans conteste, ce trait d’union, inattendu et puissant, qui a donné au colloque sa force et l’a inscrit dans une continuité : je veux parler de Marguerite Duras, source jaillissante où sont venus puiser les intervenants, sans parvenir fort heureusement à y étancher totalement leur soif ni la nôtre, à s’ y des-altérer. « J’ai commencé à souffrir de la séparation avec toi. Je deviens fou… Je ne peux pas te séparer, c’est impossible, et je vais le faire, je le sais. » (Marguerite Duras, L’Amant de la Chine du Nord).

Ancrée dans cette évocation littéraire, Isée Bernateau nous a offert un véritable moment de grâce, une lecture vibrante, à même de faire toucher du doigt ce sentiment océanique, cette menace de la perte nichée au coeur même du processus de séparation… nous engageant à convoquer et à penser un « Barrage contre le Pacifique » .


Catherine Montluc


Aller sur le site dédié aux consultations enfants, adultes, souffrance au travail et risques psychosociaux Psychologue 75015

octobre 17, 2011 Posted by | Actualités, actualités séminaires | , , , , , , | Un commentaire